lundi 22 avril 2019

Numéro 3 | avril 2019

Datura
#3 | 04_2019


Susan Blevins – Laurent Bouisset – Docteur Burz – Gabriel Henry – Léonel Houssam – Murièle Modely – Peter O’Neill – Ken Pobo – Fabrice Poussin – Harry Wilkens – Mark Young

Contents | Sommaire

Cover illustration | Illustration de couverture:
Tunnelling mud crab in Nelson Haven by Pseudopanax

Docteur Burz: editorial
Gabriel Henry: Une anecdote et Heure cassée
Mark Young: Patently Absurd and I Could Only Hope
Murièle Modély: Chair de crabe
Fabrice Poussin: Hand Grenade, Silent Scream, Rain Drops in My Head, Paper Cut, and Opus Mundi
Ken Pobo: Delicious
Susan Blevins: Gerald & Jane
Peter O’Neill: Doorways
Laurent Bouisset: Gérard Jugnot dans Fight Club et Cassavetes et Cassis
Harry R. Wilkens: excerpts from Piss Talks
Léonel Houssam: extrait de Notre République

It's here https://issuu.com/mgversion2/docs/issue_3_04_19
and there https://www.calameo.com/read/000028151e872537ed77b
Buy a print copy here:
http://www.lulu.com/shop/walter-ruhlmann/datura-3-042019/paperback/product-24073537.html

mercredi 3 avril 2019

Nouveaux délits numéro 63

Avril 2019




Une des solutions, peut-être, serait d'oser prendre le risque de la dégringolade sociale. Oser l'humiliation, oser être considérés comme des merdes, mais refuser radicalement d'être complices d'un système aussi arbitraire, stupide et mortifère que le nôtre, humains du XXIe s.

Faire autre chose, autrement, librement, modestement, même si ça veut dire être dans la galère. Trop nombreux sont ceux qui ont peur de chuter dans la pauvreté (la grosse tache qui nous désigne comme honteux) et donc la plupart se taisent, ravalent, se bouchent les écoutilles, au pire ils deviennent désabusés et cyniques ou se cherchent des boucs émissaires sur lesquels faire refluer toutes leurs frustrations, mais ils continuent à faire des boulots pourris qui pourrissent la terre, leur vie, leur âme ; se rendent complices de ce qu'ils dénoncent même parfois, mais n'osent pas lâcher prise, dire non. Pour compenser, ils consomment, consomment, parce que c'est la seule récompense à leur résignation, leur compromission, la mort de leurs rêves interdits, consommer toujours plus.

On peut aller dans la rue autant qu'on voudra, mais tant qu'on n'osera pas être autrement, qu'on n’osera pas essayer autrement, vivre autrement, pas plus tard, ni demain, mais là, maintenant, immédiatement, en assumant le risque d'y perdre gros sur le plan matériel pour être en phase avec notre être profond, le plus authentique — un risque qui, tant qu'on sera si peu nombreux à le prendre, est un risque réel : celui d'y perdre gros sur le plan de la reconnaissance socioprofessionnelle, sur le plan des apparences pour la famille, les amis, les voisins, à ses propres yeux formatés par une idée de la réussite totalement biaisée... — tant qu'on n'osera pas ce pas, ce pas qui, en nombre, pourrait vraiment être le premier pas vers un nouveau monde ; tant qu'on n'osera pas dire "I quit", alors rien ne changera, tout empirera.

L'action qui porte à conséquence, c'est celle que l'on fait là où on est et en tant que nous-mêmes, individuellement, dans tous les aspects de notre vie : désobéir chaque fois que ce qu'on nous demande, nous impose, nous colle dessus, n'est pas juste, n'est pas viable, n'est pas défendable pour nous-mêmes comme pour les autres ici et loin ailleurs, pour la planète, pour les générations à venir.

Désobéir, c'est se réveiller, avoir ce courage-là car cette sacro-sainte avidité matérielle nous mène droit dans le mur pour le confort et la satisfaction (égoïste est un faible mot) d’une microminorité. La vraie solidarité, l'entraide, l’humanité, on les découvrira quand on aura franchi ce pas là, en nombre... Je suis pour le gilet troué et maintes fois reprisé, le gilet fait de bouts de tissus rapiécés comme un Boro japonais : la guenille magnifiée.                                                                                 

C.G.

AU SOMMAIRE
Délit de poésie :
Estelle Cantala
Majead At’Mahel : extraits de Sentimentale barbarie
Gaël Guillarme : extraits d’Une étoile entre les dents

Délit d’enthousiasme en milieu hostile : Jacques Kindo

Délits courts : Michèle Krakowski vous fera sourire mais non sans inquiétude

Délit philosophico-félin : Extraits de Zébulon ou le chat de Maëlle Levacher

Résonance :

Zoartoïste (suivi de Contes Défaits en Forme de Liste de Courses) de Catherine Gil Alcala, éditions La Maison Brûlée, 2016.
Ne tournez pas la page de Seray Şahiner, traduit du turc par Ali Terzioğlu & Jocelyne Burkmann, Belleville éditions, 2018.

Délits d’(in)citations en pleine floraison insouciante tandis qu’un nouveau bulletin de complicité au fond en sortant dit que l’étau se resserre.


Illustrateur : Pierre Rosin



Vit près de Poitiers. Peintre à l'huile, en images numériques et en poésie. Ses lignes s’entremêlent, s’agrippent les unes aux autres et finissent par représenter un personnage. Parfois il s'y accroche des mots. La mise en forme, le passage à la couleur, sont réalisés sur ordinateur. Si le modèle obtenu s’y prête, il est transposé sur toile et peint traditionnellement à l’huile. Il expose ensemble ou séparément ses images et ses poèmes qu'il a regroupés dans deux recueils de poésie peinture : jardin doux et amers et courbure. Il a illustré plusieurs recueils de poésie. Ses poèmes paraissent en revue et un reste de beau pour le reste des jours suivi de je émigration a été édité chez À l'Index en fin 2018. On peut le lire dans le n°60 de la revue (avril 2018).

http://www.pierrerosin.fr/


Nouveaux Délits - Avril 2019 - ISSN : 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits - Coupable responsable : Cathy Garcia Canalès -  Illustrateur : Pierre Rosin - Correcteur : Élisée Bec

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

samedi 5 janvier 2019

Numéro 2 | janvier 2019

Illustration de couverture (c) Norman J. Olson
Au sommaire de ce numéro: Bardeau – Boutin – Docteur Burz – Dugast – Fraxion – Houssam – Khomutoff – McLean –  Olson – Vincent – Wilkens

La version papier sera disponible d'ici quelques semaines pour la modique somme de €2 (port compris), à payer par Paypal ou par chèque. Me contacter pour les détails.

D'ores et déjà consultable ici et .

Le numéro 3 sera annoncé ultérieurement

mercredi 2 janvier 2019

Nouveaux délits numéro 62 janvier 2019

Janvier 2019

À nous toutes et tous, convives parmi d’autres formes de vie dont aucune n’est quantité négligeable, de cette toute petite planète de plus en plus abîmée et qui ne pas tarder à nous envoyer bouler, à nous toutes et tous, humains, bons vivants, survivants, gavés, affamés, élus, exclus, exploitants, exploités, avec ou sans terre, avec ou sans papier, avec ou sans droit, maltraitants, maltraités et toute la palette de plus en plus mince des entre-deux, je nous souhaite, à toutes et tous, une surprenante année d’évolution, aussi improbable que magnifique, une année où les consciences se mettront à briller tellement fort que nul ne pourra les ignorer, aussi perché, aussi borné soit-il ! Une année 2019, avec du vrai neuf qui ne soit pas pure pacotille. Que l’ouverture de l’esprit — laquelle n’est pas, nous rappelait ce cher Desproges, une fracture du crâne — et celle du cœur deviennent pandémiques. Souhaitons-nous un truc dingue, incroyable, une fulgurance empathique, un éclair de lucidité universelle qui foudroie d’un coup l’arrogance et la cupidité, le mensonge, les peurs et vieilles rengaines encrassées, un truc qui déculotte d’un coup tous ceux qui confondent pouvoir et intelligence et leur remette l’humilité en place. Un virus de sagesse et de générosité que rien ne puisse arrêter afin que le principe d’équité devienne partout et en tout, une évidence, car voyez-vous « le monde est nous tout, ou rien ».


Haïssez celui qui n’est pas de votre race.
Haïssez celui qui n’a pas votre foi.
Haïssez celui qui n’est pas de votre rang social.
Haïssez, haïssez, vous serez haï.
De la haine, on passera à la croisade,
Vous tuerez ou vous serez tué.
Quoi qu’il en soit,
vous serez les victimes de votre haine.
La loi est ainsi :
Vous ne pouvez être heureux seul.
Si l’autre n’est pas heureux,
vous ne le serez pas non plus,
Si l’autre n’a pas d’avenir,
vous n’en aurez pas non plus,
Si l’autre vit d’amertume,
vous en vivrez aussi,
Si l’autre est sans amour,
vous le serez aussi.
Le monde est nous tous, ou rien.
L’abri de votre égoïsme est sans effet dans l’éternité.
Si l’autre n’existe pas, vous n’existez pas non plus.

Louis Calaferte  



AU SOMMAIRE

Délit de poésie : Florentine Rey, Guénane, Patrick Boutin, Guillaume Simon

Délit d’évasion : extrait de La Rumeur Sourde du Récif de Xavier Combres, récit d’un séjour aux Iles Loyauté, Nouvelle-Calédonie

Délit de poésie brésilienne : Nilton Resende, Regina Alonso, Tereza Du'Zai  et Itamar Vieira Junior, traduits par Stéphane Chao

Résonances : Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas d’Heptanes Fraxion & Je danse encore après minuit de Florentine Rey.

Délits d’(in)citations en flocons au coin des pages mènent au bulletin de complicité à la patience légendaire, qui sifflote au fond en sortant.

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

samedi 13 octobre 2018

Numéro 1 | octobre 2018

Datura
#1 | 10_2018


Palette by Fabrice Poussin
Sommaire

Cover photograph: Palette by Fabrice Poussin

Docteur Burz éditorial

Fabrice Marzuolo La chaise mystère
Love and Crotte
A propos de Love and Crotte
James White Bronwood Texas, 1927
Natalie Y. Tales of Old News
Marie C. Lecrivain Unavoidable
David Herrle The Baby Lived Twenty Minutes After Sharon’s Last Breath
Sanjeev Sethi Concert
Vincent Baisé profond et gratis
Jan Bardeau proses
Morgane Tuileries
Bzone Epitaphe
Cathy Garcia extraits de Celle qui manque
Murièle Modély Tu es assise dans la cuisine...
Béatrice Layenne Mes souvenirs et Toutes celles qui sont en moi
Steve Klepetar To The Moon and Back
Karla Linn Merrifield Happenstance: Visceral Being
Caleb Puckett Cozy Mystery and A Page from the Baedeker
Pradip Choudhuri extraits de Grosse bise à toutes le chiennes en chaleur
Harry Wilkens Piss Talks (excerpts)
Michèle Caussat Wagons. Gares...
Eric von Neff A Man in Euclidean Space & Camp #15748
Leonel Houssam Notre République 31ème jour après

Lire en ligne sur Calameo ou Issuu

samedi 18 août 2018

Aujourd'hui est habitable de Cathy Garcia - souscription


Tandis que par la fontanelle la sainte banquise déverse ses poissons, les écrans phosphorescents clignotent, tranquillisants

Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…

Aujourd'hui est habitable


La poésie de Cathy Garcia n'est plus une inconnue.
Sa coïncidence avec la ligne éditoriale de Cardère continue d'étonner et de réjouir.
On ne s'en lasse pas.



Aujourd'hui est habitable est proposé en souscription jusque fin septembre 2018 le recueil paraîtra dans la collection "POÉSIE CONTEMPORAINE" 44 pages, prix public 12€ port compris
prix de souscription 10 €


il y a dans nos bourbiers
des concrétions de basiliques
de la pulpe d’abricot
des nuées d’anges à crinière noire
qui bondissent d’étoile en étoile
si on les fouette ils dégringolent
par le trou des veines
les hanches percées d’améthystes

Voir la version en ligne

dimanche 12 août 2018

Avis de parution : Calepin paisible d'une pâtresse de poules


Vous l'aviez aimé, voire adoré et bien voilà : le numéro 2 de la collection de poésie postale "Délits vrais" est maintenant disponible en version livre (légèrement remaniée).

28 pages agrafées
ISBN : 978-2-919162-05-5
tirage limité et numéroté
sur papier 90g - couverture 250g
100 % recyclé

10 € +2 pour le port
à commander à
Association Nouveaux Délits
Létou
46330 St CIRQ-LAPOPIE

« Que c’est bon d’être assise là au soleil, pâtresse de poules au sein de toute cette beauté ! Un léger vent, un esprit bienveillant, pose sa main sur mon front. Le sourire est là, à portée de lèvres. Il affleure comme une source, il vient du cœur. Ce cœur à cajoler, à nicher dans la mousse.

L’hiver se meurt, je le sais, je le sens. Ne pas chercher.
Ne plus chercher. Simplement faire de la place pour accueillir. »

textes & photos de Cathy Garcia Canalès


En hommage à Madame Wong
emportée par le renard en juillet 2011
et à tous nos compagnons à poils et à plumes
sans qui la vie ne serait pas la vie


La revue NOUVEAUX DÉLITS -  http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com